Mon Approche

Au-delà des outils et techniques que le thérapeute peut employer, celui-ci développe un style, une façon d’intervenir, qui s’inscrit dans une tradition théorique et académique. C’est ce qu’on définit par « approche », c’est-à-dire une famille conceptuelle en lien avec un courant de recherche portant sur des notions particulières à cette approche.

Pour ma part, j'utilise prioritairement les approches comportementaliste-cognitiviste, psychodynamique-analytique et systémique-interactionnelle.

 

Ce choix d'une psychothérapie "intégrative" concerne donc l'ensemble des approches théoriques et outils thérapeutiques complémentaires et synergiques. Elle a pour objectif d''adapter mon approche psychologique, ma pratique et mes outils, en fonction du patient, de ses besoins, de ses troubles et de sa personnalité.    

L'approche cognitivo - comportementaliste

Cette approche psychothérapeutique repose sur le postulat ou paradigme de l’apprentissage. La représentation classique du Béhaviorisme (appellation qui vient de l’anglais « Behavior » signifiant comportement), nous renvoie souvent à l’image du rat dans une cage qu’utilisait le célèbre chercheur Burrhus Frederic Skinner.

 

À l’instar de Pavlov, Skinner mettait beaucoup d’emphase sur l’apprentissage des comportements et des cognitions. Le postulat de base de cette approche repose donc sur l’idée que les problèmes ou dysfonctions d’ordre psychologique ou comportemental sont causés par des apprentissages de pensées ou d’habitudes inadaptés.

Le psychologue qui adhère à cette approche, cherchera à bien analyser les cognitions (les pensées), les émotions et les comportements.

Il portera donc un intérêt tout particulier à l’environnement et au milieu de vie où se déclenchent les comportements et les pensées. Une fois cette analyse réalisée (analyse fonctionnelle), il pourra intervenir pour aider son patient à désapprendre (phase d’extinction) les comportements ou pensées dysfonctionnelles.

L’approche psychodynamique

L’approche psychodynamique réfère généralement à la psychanalyse, méthode de traitement psychologique crée par Sigmund Freud. La psychanalyse procède à l’investigation de processus psychiques inconscient. Freud a théorisé sur l’existence de forces ou d’énergies internes au psychisme qui interagissent pour produire ou provoquer des symptômes, allant des actes manqués, aux cauchemars, jusqu’aux névroses et troubles affectant la santé mentale.

 

En créant la « cure » psychanalytique, Sigmund Freud se faisait l’un des principaux instigateurs d’une discipline scientifique moderne, la psychothérapeutique.

Freud postulait que les difficultés émotionnelles résultaient de conflits inconscients refoulés. Ayant utilisé les techniques thérapeutiques d’hypnose pendant dix ans, Freud avait développé une approche permettant de laisser émerger ces conflits inconscients à la conscience de ses patients. Il intégra la modalité hypnotique dans sa psychanalyse pour lui permettre d’aller plus loin dans sa recherche des sources de conflits, un peu comme les explorateurs de l’époque de Freud qui cherchaient les sources du Nil. La psychothérapie consistait à prendre conscience de ses conflits internes, pour comprendre leur dynamique et s’en libérer, en modifiant les patrons dysfonctionnels répétitifs.

L’approche analytique

La méthode analytique vise à investiguer le contenu de l’inconscient.

Elle est issue des travaux de Carl Gustav Jung qui a élaboré cette théorie pour se différencier des travaux de Sigmund Freud. Ses techniques se rapprochent beaucoup des techniques d’hypnose avancées. Par exemple, cette méthode introduit la technique d’imagination active qui permet de faciliter la représentation d’émotions qu’on laisse évoluer librement dans le champ « préconscient ».

 

Ces émotions peuvent émerger à la conscience sous forme de personnage « Archétypique » avec lesquels les analysants pouvaient dialoguer librement. Par ce dialogue intérieur les figures archétypales peuvent même se représenter en « théâtre intérieur » où plusieurs personnages interagissent et dialogue entre eux et avec le patient.

L’approche systémique interactionnelle

Lapproche systémique tient compte des interactions psychologiques, interpersonnelles et sociales entre les individus de groupe, de famille, groupe d’amis, d’équipe de travail ou d’organisation communautaire.

 

L’attention se porte sur l’analyse des interactions dysfonctionnelles entre le client et ces groupes d’appartenance. Le but du psychothérapeute sera de proposer des aménagements, des modifications de ces relations problématiques avec l’entourage.

 

Dans ce contexte, le psychologue pourra rencontrer tous les membres du réseau de son client, ou de son entourage. Par exemple, dans un contexte de psychothérapie familiale, il rencontrera tous les membres de la famille dans une même séance.